• An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
1

Témoignages

 

Piero Tonicello
Imprimeur fidèle de Voix Libres depuis 20 ans

Ce qui me qui me touche, c'est comme Voix Libres donne tant d'amour à tous ces enfants et qui les envoie à l'école pour leur apprendre à se défendre.

A Voix Libres, pas de bla-bla comme dans les grandes institutions mais des actes concrets. Depuis presque 20 ans, je vois Marianne et toute l'équipe s'engager nuit et jour...dormir au bureau et prendre des risques sur le terrain dangereux.

Voix Libres et toute l'équipe c'est comme une locomotive lancée à toute vapeur par son idéal de justice qui court à grande vitesse aux secours des plus démunis. Elle s'arrête à chaque gare pour faire du bien à tous ceux qui attendent. Elle vide ses sacs pleins d'idées, d'amour, de solutions concrètes et qui portent leurs fruits à brèves échéances soutenues par les milliers de bénévoles qui ont compris que tout ce que vous entreprenez c'est fait avec conscience et honnêteté.

Encore mille merci pour l'amour que Voix Libres distribue avec générosité et altruisme.



Eric Pibiri
Entrepreneur de Bonne Saveur Bonne Humeur  
D'excellents produits alimentaires fondée sur la pratique du commerce équitable
Visitez son site www.bsbh.ch

Moi qui vous suis avec enthousiasme depuis 15 ans, je tiens à insister sur la qualité de votre travail et sur le résultat des produits que vous fournissez, le fruit de votre volonté, votre persévérance, ainsi que l'attention qui a été apporté lors de leur conception, ont fait que l'artisanat et le quinoa sont des produits d'exceptions, remplis d'intentions, d'informations et d'une puissance rare...

Le fait de les vendre, d'aider, d'accompagner et même de les acheter procure un sentiment et une sensation agréable à tous...

Ce mouvement nous entraîne tous et véhicule une force contagieuse.

Il devient donc normal de les vendre à leur juste valeur... Ils n'ont pas de prix, et à aucun moment ils ne peuvent être comparés à d'autres. Ces produits représentent l'image, le message de l'association et aussi l'énergie des personnes qui les ont confectionné, ils deviennent donc authentiques.

Je tiens à vous féliciter pour tout ce que vous faites.



Isabelle
Amie de Voix Libres

Je ne peux pas avoir d'enfant. En donnant cette énergie que j'aurais donné à mon enfant, je donne ce temps à Voix Libre et marraine un enfant pour qu'il puisse sortir de la misère et qu'il ait une chance d'avoir une vie épanouie. Si je ne parrainais pas, j'aurais un vide au ventre...


 

Lisette Rouge
Amie de Voix Libres

blanc3

Je soutiens « Voix Libres » depuis de très nombreuses années après ma rencontre avec Marianne au début de « Voix Libre ». J’ai pris la peine de visiter votre site et j’ai été émerveillée par tout ce qui est accompli en Bolivie et en même temps heureuse de participer financièrement à une si magnifique organisation. Je vous dis mon admiration. C’est si beau et juste ce que vous faites. Par ma participation financière si bien utilisée, je me sens utile pour améliorer le sort des Boliviens. Avec toute ma gratitude.

Il n’y a pas de mots pour décrire la terreur que vivent les familles de la mine au quotidien. Quand  je  les  vois,  je  ne  peux  pas retenir  mes  larmes,  et  en  même temps,  ma  joie  est  immense,  car elles ont retrouvé le sourire...
Grâce au micro-crédit, les femmes sont devenues entrepreneuses et leurs  enfants,  alors  qu’ils  étaient destinés  à  la  mort  au  fond  des mines,  vont  à  l’école,  et  les  plus grands étudient à l’université !
J’éprouve un profond respect pour ces femmes si fortes et si grandes.
Merci de continuer à les aider...

      

marin

Nicolas Marín
Responsable de l’éradication du travail des enfants.
Enfant, il a travaillé dans les mines. Il connaît le nom de chacun et fait le diagnostic des derniers arrivés.

 

17 nouvelles familles avec leurs 50 enfants viennent d’arriver dans les mines de Potosí...

Elles ont tout perdu lors de la sécheresse et ont fui leur village. Au lieu de l’Eldorado, elles ont rencontré l’enfer et leurs enfants travaillent dans la mine pour pouvoir manger… Les plus petits traînaient pieds nus dans le froid. Nous les avons nourris et habillés, mais ces familles ont urgemment besoin de parrainages pour que leurs enfants puissent aller à l’école et vivre une enfance véritable...  

Pierre
Pierre Pradervand
Auteur, formateur et spécialiste en aide aud éveloppement

En 25 ans d’engagement dans le développement international, je n'ai jamais rencontré une ONG aussi originale et efficace que Voix Libres.
Les projets sont conçus et dirigés par des jeunes et des femmes qui ont eux-mêmes vécu dans les mines les rues ou les ordures... avec un développement extérieur et social qui repose sur un développement intérieur.

Pascal
Pascal CE
Coordinateur Sud-Ouest
France 

Voix Libres, c’est l’étendard que je cherchais pour me mettre debout en même temps que les plus oubliés... et devenir inébranlable, parce que nous sommes ensemble.J’ai confiance dans l’intelligence du groupe qui a ses  propres  ressources  et  sa  propre  mission.  Du coup, je me sens plus présent à moi-même et plus efficace pour trancher quand je ne me sens pas totalement en accord...

 

 

 

 

Laura
Laura Boigeol
Amie des enfants

J’ai décidé d’agir...

Placée en famille d’accueil à l’âge de huit  ans,  j’ai  rencontré  Marianne  et Voix Libres peu de temps après. Je me souviens  de  la première  conférence à laquelle j’ai assisté. En visionnant le film « Les silences d’Abraham », j’ai été bouleversée par l’infinie souffrance dans ce regard d’enfant.
La  nuit  suivante  n’a  été  que  larmes et  questionnements :  Qui  étais-je moi,  petite  européenne,  pour  me plaindre  pour  un  oui  pour un  non ? J’ai  donc  décidé  d’agir  en  vendant de  l’artisanat  dans  mon  collège  et en organisant différents stands.
Sept ans après, j’ai choisi de vivre dans la rue, m’éloignant de cette société de consommation où nos valeurs et notre humanité sont, pour moi, bafouées. La société de partage et d’entraide que Voix Libres a créée en Bolivie m’a redonné espoir et m’a redonné foi en l’avenir. Je pars en Bolivie et me réjouis d’aller participer au gouvernement des jeunes leaders...

marc
Marc de la Ménardière
Co-réalisateur d’un film sur les acteurs du changement autour du monde

Pourquoi j’ai choisi Voix Libres ?

J’ai fait le tour du monde pour demander aux sages, économistes, scientifiques et activistes :  que  peut-on  faire concrètement  pour  changer ce monde ? Et c’est à Voix Libres que j’ai trouvé les réponses avec une approche radicalement nouvelle sur le développement… 

En  participant  à  un  stage  de  voix,  j’ai  vécu  combien  le chant permet d’accéder à l’unité en soi et avec les autres…
J’ai  vu  les  films,  les  bilans  et  l’ampleur  des  résultats. J’ai compris que les clés de la réussite étaient un savant mélange entre amour, proximité, innovation et des actions tournées vers des résultats concrets.
Plutôt que d’assister les plus pauvres, Voix Libres leur redonne dignité  et  autonomie,  et  ils  développent  une  résilience porteuse d’espoir et de solutions économiques efficaces… 
J’ai choisi de m’investir avec Voix libres, qui est un laboratoire d’idées pour le futur, un oasis d’espoir qui vient nous rappeler que la nature humaine est bonne si on lui donne les clés pour se métamorphoser.

maxime-le-courageuxMaxime Chiquet le courageux
Délégué voix libres. Il vit depuis trois ans à Potosi

Les femmes des mines sont des héroïne !

Il n’y a pas de mots pour décrire la terreur que vivent les familles de la mine au quotidien. Quand  je  les  vois,  je  ne  peux  pas retenir  mes  larmes,  et  en  même temps,  ma  joie  est  immense,  car elles ont retrouvé le sourire... 
Grâce au micro-crédit, les femmes sont devenues entrepreneuses et leurs  enfants,  alors  qu’ils  étaient destinés  à  la  mort  au  fond  des mines,  vont  à  l’école,  et  les  plus grands étudient à l’université !

J’éprouve un profond respect pour ces femmes si fortes et si grandes. Merci de continuer à les aider...

Un jour de l'enfant magique !

Tous les enfants de l'école Robertito se sont rendus au bord du Lac Titicaca!

Depuis les trois mois que nous sommes ici, il me semble que les Boliviens adorent commémorer.  Il y a un jour pour ce saint, un jour pour cette fête nationale, mais le plus beau et le plus attendu de tous est le Día del Niño, jour des enfants.  En souriant, les professeurs m’informent qu’il n’y aura pas une seule craie crissant sur les tableaux de tout le pays. Les professeurs organisent des jeux, des chants et des matchs de foot, profitant des pauses pour distribuer des biscuits et des passacailles, sortes de pop-corn géants aux couleurs fluorescentes, tout à fait pratiques pour retrouver son chemin la nuit.  Pour tous les enfants, c’est le jour de fête qu’ils attendent l’année durant.

C’est là que survint l’idée d’organiser la plus belle journée de l’année, de faire de ce jour une fête encore plus grande pour les enfants de nos auberges.  Que souhaiter de mieux aux enfants de Potosí, entourés de cailloux que cette magnifique étendue bleue du lac Titicaca, le calme de la campagne, loin des explosions de dynamite ? Le rêve est devenu réalité, et c’est plein sourires, malgré la nuit passée dans le bus, que les enfants de Potosí sont arrivés à notre restaurant.  Qu’une idée en tête: se jeter dans le lac pour profiter de la baignade… mais ils ne connaissaient pas encore la journée qui les attendait.  Arrivaient encore tous les enfants de nos deux auberges du bord du lac.  Au total, 80 enfants de tous âges.  Mélanger les enfants de nos différentes auberges est toujours un moment unique : les horizons s’agrandissent, campagne et ville, aymara et quetchua s’entremêlent, mais les histoires sont les mêmes, extrême pauvreté, maltraitance, abandon ou décès des parents.  Nos enfants sont marqués par des histoires de vies qui dépassent l’imaginable, chaque sourire, chaque rire, chaque embrassade donnée à un ami est arraché à ce qui aurait dû les détruire.  Mais souvent le passé resurgit, dans un mot méchant, dans une bagarre, dans une dureté de corps et d’âme.  La résilience est un chemin ardu, mais les enfants sont remplis de rêves et marchent sans relâche.

Nous avons profité de l’aide précieuse d’étudiants de l’Ecole Hôtelière de La Paz, avec laquelle nous avons signé une convention permettant aux étudiants de faire leurs jours de stage au Restaurant de Voix Libres.  Ils ont réussi à obtenir un jour de congé et sont venus le cœur ouvert pour tout offrir aux enfants.  Carlos Vargas, superstar de la Bolivie, gardien de l’équipe nationale de football, parrain des enfants et ambassadeur de Voix Libres, touché par notre travail et les situations terribles contre lesquelles lutte la Fondation, est venu exprès pour parler aux enfants de la valeur de la persévérance et la merveille que c’est que réaliser ses rêves.

L’idée était de faire une chasse au trésor.  Personne n’en avait jamais entendu parler, mais très vite toute l’équipe de bénévoles était enthousiaste.  Ensemble, les enfants, en passant les épreuves, devaient vaincre le Géant Noir.  L’histoire contée avant le jeu était celle d’un petit village remplis de gens heureux au cœur léger.  Le Géant Noir, qui se nourrit de rancœur, colère, haine, autodépréciation, est arrivé un triste jour, et à force de patients mensonges a instauré son règne aussi sombre que son cœur.  Les enfants peuvent et ont reçu comme mission de le vaincre.  C’est là que mes échasses entrent en scène, et pendant tout le jeu, le Géant Noir passait entre les groupes, tentant de discréditer les capacités des enfants, d’instaurer les bagarres et la division, proclamant qu’ils étaient incapables de vaincre son règne.  Peu à peu, les enfants ripostèrent avec des vérités: « non ce n’est pas vrai, j’ai de la valeur, je suis capable », « je ne veux pas t’écouter, tu mens », « non, je ne veux pas le frapper, je l’aime », etc., et finissaient par repousser le Géant qui n’avait plus d’emprise sur eux.  À la fin du jeu, tous rassemblèrent les morceaux durement obtenus de la carte au trésor, et en cercle, unis contre le Géant lui crièrent « si tengo valor, si yo soy capaz de lograr mis sueños » (oui j’ai de la valeur, oui je suis capable de réaliser mes rêves), mettant ainsi fin à sa domination, et lui arrachant la clef du trésor.  À part les obligatoires bonbons, le trésor contenait un message: « n’oublie pas que tu es le plus grand trésor ». Un grand jour, rempli de rires et d’émotions.  Au-delà de la fiction pleinement vécue par les enfants, notre désir est de réellement vaincre ce Géant et tout ce qu’il personnalisait, d’offrir un futur à ces enfants qui sans Voix Libres n’en auraient pas eu.

Un grand merci de la part de ces enfants pour tout ce que votre soutien permet d’inventer, pour ces vies en cours de restauration, pour ces sourires et cette joie.

Sébastien (accompagné par Eléonore et Benoît)

Maud Brischoux

Coordinatrice de Voix Libres Strasbourg,
Maud Brischoux est formée en Relations Internationales avec un Master en Coopération.

Juin 2007

Gracias a la vida

Merci à la vie…
La chanson qui résonne dans mon cœur,
La chanson préférée de Ruben, Camila, Ana, Ines et Paula .
Celle que chantent à tue-tête et main dans la main les enfants du Lac Titicaca.

Gracias a la vida…
Une chanson qui jaillit du mutisme
le plus profond, du monde le plus injuste
où Rebecca, 6 ans, crie dans ses pleurs :
«Pourquoi souffre-t-on autant,
nous les enfants ?

Dans leurs dessins, ils jettent douloureusement sur la feuille,
Leur passé de violence …

Coups de fouet et barre de fer,
Solitude, viols et travail forcé,

Claudia enfermée à longueur de
journée dans l’appartement,
Isamar délaissée par sa maman,
Camila qu’on forçait à manger ses excréments.

Eux, si peu épargnés par la vie,
abandonnés, piétinés, mutilés et discriminés,
donnent toute leur énergie à lui dire MERCI…

Une force incroyable pour pardonner,
aimer, donner sans compter, et rendre
à la vie son humanité, en toute spontanéité.

Merci à vous pour être à leurs côtés
et leur donner le courage de dire non
à l’inhumanité...

Maud Brischoux

Olivier Reymermier

Olivier Reymermier en compagnie de Carola, directrice de Voix Libres à La Paz et de 3 ex-enfants de la rue

Février 2007

Voix Libres…
ou le rêve réalisé à chaque instant

Je reviens de Bolivie avec le sentiment d’avoir fait vivre mon idéal: insuffler la vie dans un lieu où la mort est partout, donner ma confiance à l’étincelle qui subsiste dans les corps brisés.
Je rentre fier du travail humain, efficace et juste qu’accomplissent sans relâche nos équipes pour que les pauvres reprennent confiance en eux-mêmes et osent retourner leur destin maudit.
J’aimerais vous dire aussi combien chaque centime que vous donnez vaut de l’or là-bas.
Il est utilisé au mieux, contrôlé sévèrement et ainsi se multiplie.
Si vous saviez la rigueur qu’il faut mettre en place pour que chaque coordinateur prenne sa responsabilité et ne reporte pas à demain le geste qui sauve, le mot qui redonne l’espoir…

Olivier Reymermier,
Responsable de programmes

Ophélie Schnoebelen

Ophélie Schnoebelen avec un enfant de notre albergue de Potosi... en visite dans une walipina

Septembre 2005

Premier voyage en Bolivie

Je travaille depuis 6 ans pour Voix Libres et je croyais m’attendre à ce que j’allais vivre… Mais la réalité à 5’000 mètres d’altitude dans cette montagne défie tous les cauchemars… les bouches serrées à force de retenir, les visages ridés et les mains de vieillards des enfants de 5 ans aux yeux éteints, aux pieds nus gelés dans la neige…
C’est dans la mine que j’ai compris le sens profond du mot fatalité : lorsque la mort et la souffrance sont le seul héritage d’un arbre familial aux branches cassées, torturées: père mort à 35 ans et grand-mère à 44 ans…

J’ai vu des femmes après 3 ans de micro-crédits, joyeuses et fières, parler devant un groupe de 500 personnes, hurler leur souffrance autrefois honteuse et muette, pleurer, partager leurs rêves, échafauder des solutions… Elles se tiennent droites, le regard sûr… «tous mes enfants vont l’école et savent lire et écrire…» et elles aussi.
Elles sont des « semeuses de courage » fantastiques pour toutes celles qui attendent de lancer leurs micro-entreprises, comme Manuela, 20 ans, qui avait peur de ne pas avoir un pain à donner à ses enfants le soir de Noël, dans son abri de pierre de 4m2.
Merci du fond du cœur d’offrir le plus beau cadeau de Noël à ces femmes: un micro-crédit.

«J’ai vu le miracle des walipinas, ces serres semi-souterraines qui donnent 5 récoltes par année à 4’000 mètres d’altitude. Ce sont de vrais jardins d’abondance sur l’altiplano désertique… aujourd’hui, plus de 25 walipinas redonnent vie aux enfants dénutris des campagnes de Bolivie.»

Ophélie Schnoebelen,
Directrice de Voix Libres France

 

 

 

Global Impact Of Fake IDs Business

Freedoms comes in different shapes and flavors. For American college kids Fake IDs are a real pass to freedom, the liberty to choose social activities to engage in, be it drinking or attending music festivals. Best Fake IDs that scan http://join.evolvedfakeids.club are those that have all security features replicated with care and craft. Industrial level equipment located in the developing countries is used for this purpose. Thus, not only this Fake IDs business website helps American youth to enjoy life, but also creates local jobs in poor countries that need them. Fake IDs is a truly global enterprise that benefits people around the world!