• An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
1

Campagne des bons traitements

 

Les jeunes disent non à la violence...Violence... avant et après

Tous les jeunes disent non aux abus qu’ils ont supportés en silence...
comme Isamar et ses trois amies qui malgré les coups reçus et les humiliations subies finissent leurs études en dirigeant la boulangerie de Cochabamba,
comme Ela qui a grandi dans un bidonville et coordonne deux grandes maisons d’enfants au Lac Titicaca.
Une nouvelle société où l’essentiel est le service aux plus blessés qui s’endorment la faim et la peur au ventre.

Campagne pour les Bons Traitements… 

En un an, 13'400 bénéficiaires d’une campagne inspirée par les enfants et les femmes, dans 20 écoles des bidonvilles de Cochabamba. Ensemble, ils disent stop à la violence intrafamiliale.
83% des enfants et 64% des femmes sont victimes de mauvais traitements en Bolivie.

Sous l’impulsion de Voix Libres :

  • crĂ©ation d’un rĂ©seau avec 25 Ă©coles, la Brigade de Protection de la Famille, le Procureur, la Police, le Maire, les Services de Protection de l’Enfance et 3 ONGs…
  • 13'400 parents et enfants, vaccinĂ©s symboliquement.
    Ils participent aux débats sur les droits humains avec improvisation théâtrale.
  • Plus de 700 professeurs apprennent Ă  repĂ©rer et dĂ©noncer la violence familiale et en parler dans leurs classes.

Les enfants sont acteurs de cette campagne et inventent des pièces de théâtre et des spectacles de marionnettes.
Ils dĂ©noncent en plein jour le tabou des abus et des coups... en essayant d’incarner  la communication non-violente dont ils rĂŞvent...

...ou la pastille d’Amour !

La pastille d'AmourHumberto a toujours tapé sa femme et ses enfants… comme le faisait son propre père. Aujourd’hui il a reçu une pastille d’Amour de Mercedes, une avocate de Voix Libres.

Il a signé un certificat de vac-cination contre la violence où il s’engage pour un an à bien traiter sa famille :

  • je t’écoute plutĂ´t que de crier et de te taper.
  • je te consacre mon temps libre plutĂ´t que d’aller boire.
  • je t’exprime ma tendresse.
  • je te dis que je t’aime.
  • chacun peut se tromper mais corrigeons nos erreurs ensemble.
  • rĂ©glons nos problèmes d’adultes sans ta prĂ©sence…

Bien sûr, la pastille d’amour est une vitamine C placebo et la vaccination est symbolique…
... Mais si elle rendait les hommes plus doux ?

RĂ©sultats

EN 2011, LA VIOLENCE A DIMINUÉ DE MOITIÉ

dans les bidonvilles oĂą Voix Libres intervient

Tableau

Femme

La violence n’est plus un tabou

Après des siècles d’abus, les femmes parlent et dénoncent ensemble... cette force commune leur donne des repères solidaires pour devenir des transmetteuses de paix...